20.5.04

The Center for Defense Information

"On Wednesday, May 12, Gen. Anothony Zinni, former commander of the U.S. Central Command and a senior military advisor to the Center for Defense Information, outlined a 10-point critique of the vital mistakes the United States made leading up to and during the war in Iraq. Gen. Zinni argued that the following series of decisions contributed to the current situation:

* Abandoning the existing policy of containment
* Promoting a flawed regional strategy
* Creating a false rationale for war in order to get public support
* Failing to internationalize the effort
* Underestimating the task
* Propping up and trusting the Iraqi exiles
* Overall lack of planning
* Allocating insufficient military forces
* Installing an inadequate and ad hoc government
* Enacting a series of bad decisions on the ground
|

19.5.04

Le Grand Soir: Le pétrole Cubain intéresse les USA

"Bien qu’il s’agisse effectivement d’une région dans laquelle il y a beaucoup de prospection pétrolière, ce n’est que récemment que l’on dispose de la connaissance et la technologie nécessaires pour conclure qu’il s’agit d’une région à grande concentration d’hydrocarbures qui se caractérise par sa localisation à grande profondeur. (...) Les réserves cubaines ne paraissent pas être négligeables. Repsol YPF annonçait que les réserves potentielles correspondant uniquement au bloc de Yamagua pourraient être d’un milliard 600 millions de barils ou l’équivalent de 30% des réserves vérifiées actuelles de la multinationale. Les estimations pour les six blocs au nord de Cuba, selon Repsol YPF, pourraient contenir jusqu’à six milliards de barrils. Conséquemment, la multinationale considère Cuba comme 'une de ses zones prioritaires de croissance'. Mais notez bien que les réserves potentielles pourraient être encore plus grandes, ce qui ne peut se confirmer qu’au moment du forage."
Gian Carlo Delgado Ramos
|

Agence Haïtienne de Presse



"Port-au-Prince, 18 mai 2004 - Plusieurs dizaines de milliers de militants Lavalas ont manifesté pacifiquement ce mardi à Port-au-Prince pour réclamer la fin des arrestations arbitraires et des persécutions politiques contre les partisans du président Jean Bertrand Aristide dont ils ont réclamé le retour au pouvoir. Au moins un militant Lavalas, Simpson Saintus dit Titus, 23 ans, a été tué par balles par des agents de la police alors que la population s'approchaient de la zone du Champ-de-mars où se trouve le palais présidentiel. Des agents de la Cimo et des membres d'un nouveau corps qui aurait récemment été formé avec d'anciens membres des forces armées dissoutes, ont alors ouvert le feu sur les manifestants, tuant de plusieurs balles dans la tête le jeune Simpson et blessant plusieurs autres. (...) Selon les manifestants, plusieurs autres personnes auraient été tuées, mais leurs corps ont été emportés dans des sachets par des policiers qui bénéficiaient, ont-ils dit, du support de soldats de la force multinationale. Plusieurs arrestations ont également été opérées."
|

Libération : Pornographie de la guerre

"World Trade Center: l'électrochoc de la puissance, l'humiliation infligée à la puissance, mais de l'extérieur. Avec les images des prisons de Bagdad, c'est pire, c'est l'humiliation, tout aussi meurtrière symboliquement, que s'inflige la puissance mondiale à elle-même ­ les Américains en l'occurrence ­, l'électrochoc de la honte et de la mauvaise conscience. C'est en quoi les deux événements sont liés. (...) Il y a dans tout cela, et tout particulièrement dans le dernier épisode irakien, une justice immanente à l'image : celui qui mise sur le spectacle périra par le spectacle. Vous voulez le pouvoir par l'image? Alors vous périrez par le retour-image."
Jean Baudrillard
|

18.5.04

L'Humanité : Nick Berg

L'Humanité: Irak. L’énigme de l’affaire du jeune Nick Berg

"Beaucoup de zones d’ombre planent sur l’affaire Nick Berg, ce jeune Américain décapité par un groupe d’al Qaeda. La famille de ce jeune Américain, décapité par un groupe islamiste, a contesté les explications des autorités américaines sur plusieurs points. D’abord, son arrestation par la police irakienne fin mars à Mossoul. (...) Ensuite, et c’est là que l’affaire se corse, ce même FBI savait que Nick Berg avait croisé le Français Zacarias Moussaoui, présumé membre d’al Qaeda, en voie de jugement actuellement aux États-Unis pour sa vraie-fausse implication dans les attentats du 11 septembre 2001. En effet, Nick Berg avait été interrogé en 2002 par le FBI au sujet de l’utilisation du mot de passe sur sa messagerie électronique par Zacarias Moussaoui avant son arrestation! (...) Autre bizarrerie, la thèse d’un Nick Berg se trouvant en Irak à la recherche de contrats de travail. Il faut savoir que c’est le Pentagone qui supervise, via USAID (agence américaine pour l’aide internationale), le marché de la reconstruction en Irak. C’est elle qui gère les appels d’offres pour l’Irak, y compris les petits contrats. D’où l’impossibilité pour Nick Berg d’arracher, par ses propres moyens, un quelconque contrat en Irak. (...) Nick Berg a-t-il mis le nez dans une affaire qui a fini par provoquer sa mort violente? Était-il en relation avec ses ravisseurs avant qu’ils ne l’enlèvent et l’exécutent?"
Hassane Zerrouky
|

16.5.04

Wolfowitz fronts hostile Senate committee

ABC Online: Wolfowitz fronts hostile Senate committee

"Secretary Wolfowitz went to the Senate Armed Services Committee wanting the US Congress to approve an extra $25 billion to go towards the missions in Iraq and Afghanistan. But he got a hostile reception. Democrat Senator Jack Reed was particularly belligerent.
JACK REED: Mr Secretary, do you think crouching naked for 45 minutes is humane?
PAUL WOLFOWITZ: Not naked, absolutely not.
JACK REED: So if he's dressed up, that's fine? Let me put it this way. 72 hours without regular sleep, sensory deprivation which would be a bag over your head for 72 hours. Do you think that's humane? And that's what this says, a bag over your head for 72 hours. Is that humane?
PAUL WOLFOWITZ: Let me come back to what you said the work…
JACK REED: No, no. Answer the question, Secretary. Is that humane?
PAUL WOLFOWITZ: I don't know whether it means a bag over your head for 72 hours Senator. I don't know.
JACK REED: Mr Secretary, you're dissembling, non-responsive. Anybody would say putting a bag over someone's head for 72 hours, which is sensory deprivation…
PAUL WOLFOWITZ: I believe it's not humane. It strikes me as not humane, Senator.
JACK REED: Thank you very much."
|

"Harsh Methods" Aren't Torture, Says the New York Times

FAIR ACTION ALERT: "Harsh Methods" Aren't Torture, Says the New York Times

"The New York Times, revealing the interrogation techniques the CIA is using against Al-Qaeda suspects, seemed unable to find a source who would call torture by its proper name. The May 13 article, headlined 'Harsh CIA Methods Cited in Top Qaeda Interrogation,' described 'coercive interrogation methods' endorsed by the CIA and the Justice Department, including hooding, food and light deprivation, withholding medications, and 'a technique known as water boarding, in which a prisoner is strapped down, forcibly pushed under water and made to believe he might drown.' The article took pains to explain why, according to U.S. officials, such techniques do not constitute torture: 'Defenders of the operation said the methods stopped short of torture, did not violate American anti-torture statutes, and were necessary to fight a war against a nebulous enemy whose strength and intentions could only be gleaned by extracting information from often uncooperative detainees.' The article seemed to accept that the techniques described are something other than torture: 'The tactics simulate torture, but officials say they are supposed to stop short of serious injury.' The implication is that only interrogation methods that cause serious physical harm would be real and not simulated torture."
Fairness & Accuracy In Reporting
|

The Nation: Conditions of Atrocity

The Nation: Conditions of Atrocity

"The Iraq military environment is quite different from that of Vietnam, but there are some striking parallels. Iraq is also a counterinsurgency war in which US soldiers, despite their extraordinary firepower, feel extremely vulnerable in a hostile environment, and in which higher-ranking officers and war planners feel frustrated by the great difficulty of tracking down or even recognizing the enemy. The exaggerated focus on interrogation, including the humiliation of detainees as a 'softening-up' process, reflects that frustration."
Robert Jay Lifton
|

L'Humanité: Les enterrés vivants de la première guerre du golfe

L'Humanité: Les enterrés vivants de la première guerre du golfe

"Cela s’est passé à la fin de l’offensive terrestre, durant l’opération 'Tempête du désert', qui s’est déroulée du 24 au 28 février 1991. Deux brigades de la première division américaine d’infanterie mécanisée ont enterré vivants entre 600 et 1.000 soldats irakiens, probablement davantage, dans des tranchées situées sur la ligne de front irakienne. Les première et deuxième brigades de la division appelée plus couramment la Big Red One s’étaient entraînées à cet exercice macabre avant l’offensive, lorsque les armées de la coalition stationnaient en Arabie saoudite attendant l’ordre d’attaquer. À partir de photos satellites, des tranchées identiques au dispositif irakien furent creusées dans le camp de base de la Big Red One. Des chars d’attaque Abrams furent équipés de plaques de métal fixées à l’avant des véhicules. La tactique consistait à placer un char à l’extrémité de chaque tranchée et d’avancer à vive allure en rabattant le sable dans la tranchée. (...) Bien que le président du Sénat américain, Sam Nunn, ait déclaré alors qu’il demanderait des informations supplémentaires au Pentagone, estimant que 'cela ressemble à un autre exemple des horreurs de la guerre', le dossier a été enterré, avec la même efficacité et la même rapidité que les soldats irakiens."
Christine Abdelkrim-Delanne
|

Largeur.com : Les tortionnaires, ces «hommes ordinaires»

Largeur.com : Les tortionnaires, ces «hommes ordinaires»

"Et si les actes de torture dans les prisons de Abu Ghraib n'étaient pas des actes isolés, mais une fatalité? Des actes qui obéissent à une mécanique systématique au sein des bataillons de police militaire engagés dans les zones de guerre, partout dans le monde, partout dans l'histoire?"
Jean-Philippe Ceppi
|

[Politis] Tortures coloniales

[Politis] Tortures coloniales

"C’est un système colonial qui s’est installé en Irak. Et les témoignages affluent qui nous démontrent que nous n’avons pas affaire à des cas isolés. La torture ne s’applique pas indistinctement, comme un penchant particulier au sadisme. Elle vient en son heure, en son lieu. C’est une phase de la détention. Elle a ses spécialistes, son organisation, ses chefs, ses auxiliaires, recrutés parfois parmi les prisonniers eux-mêmes. Le tout est d’un classicisme terrible qui nous renvoie à la guerre d’Algérie, et à toutes les guerres coloniales. Il y a une logique de la guerre d’occupation qui se mène au milieu d’un peuple hostile. Les responsables des tortures sont connus: ils s’appellent Donald Rumsfeld et George W. Bush."
Denis Sieffert
|