22.4.05

Vive les Blogs!

C’est le titre d’un article du service de nouvelles Wired signé Robert Andrews selon lequel le français serait la seconde langue en importance dans la blogosphère après l’anglais. L’article est sympathique et donne une image quasi festive de l’univers des blogues franco/français (pas un mot sur le Québec, la Suisse ou la Belgique) et des événements bien concrets qu’il suscite. Andrews soumet que la mouvance blogue en France est animée par une culture d’expression populaire propice aux débats et aux échanges qui remonte aux salons du dix-septième siècle.

Seul problème, c’est que pour appuyer son affirmation sur l’importance du français dans la blogosphère, Andrews nous renvoie au projet Blog Census du National Institute for Technology and Liberal Education qui semble ne plus être mis à jour depuis... 2003.

Par ailleurs, dans l’index Blogwise qui compte près de 43 000 blogues recensés par pays, on compte 22 415 blogues étasuniens. Aux fins d’exemple loin d’avoir une prétention scientifique, utilisons cet échantillon et présumons que la grande majorité des blogues aux États-Unis sont de langue anglaise. Blogwise recense 1 231 blogues pour la France. La situation démographique complique la démarche d’extrapolation pouvant ajouter aux blogues de France les blogues francophones québécois, belges et suisses pour avoir une idée de grandeur de la présence du français dans les blogues.

Par contre, on recense 1 435 blogues brésiliens et 775 blogues portugais, au total 2 210 blogues qu’on peut présumer lusophones. Blogwise rapporte aussi 1 467 blogues espagnols, 429 blogues argentins, 300 blogues mexicains, et 83 blogues vénézuéliens, soit 2 279 blogues présumés hispanophones pour ne parler que de ces quatre pays.

Faute de données plus précises, et reconnaissant les erreurs possibles (blogues en langues autres que la langue nationale, ou blogues bilingues ou multilingues), on peut cependant se permettre de douter que le français soit la seconde langue en importance dans la blogosphère. Qu’on me comprenne bien, je serais fort heureux si tel était le cas. L’exercice ne fait que souligner le manque de données précises sur le phénomène des blogues, d’où la difficulté d’en évaluer les incidences régionales et linguistiques.

Mise à jour : 23 avril

Ayant reçu quelques courriels quant aux doutes relatifs que j’exprime à ce que le français soit la deuxième langue en importance dans la blogosphère, les précisions suivantes pourront peut-être contribuer au débat. Je réitère que «je serais fort heureux si tel était le cas», mais je mets surtout en doute la source principale de l’affirmation de Robert Andrews, soit le projet Blog Census du National Institute for Technology and Liberal Education qui est en déshérence depuis 2003.

Il est impossible de vérifier sur le site de Blog Census car, comme il est mentionné plus haut, le site n’est plus à jour. Cependant, en mai 2003, Laurent Gloaguen qui animait le site Navire.Net (fermé en décembre 2003 pour faire place au blogue Embruns) traitait de la recherche effectuée par Maciej Ceglowski qui pilotait le projet Blog Census. Gloaguen rapportait alors que les résultats pour la langue utilisée dans les blogues étaient les suivants : anglais (59 991), portugais (19 010), inclassables (18 938), polonais (11 041), farsi (9 934), espagnol (2 869), italien (1 950), islandais (1 758) et français (1 206).

Gloaguen précisait au sujet des travaux de recherche de Ceglowski que «L’outil est encore en développement et les résultats s’affinent au fil des pérégrinations de ses robots et des perfectionnements de l’algorithme», mais force est de constater qu’on était loin d’une seconde place pour le français. Par ailleurs, toujours en mai 2003, Jean-Luc Raymond qui animait alors MediaTIC avait recensé 23 585 blogs inscrits dans des annuaires francophones spécialisés.

Je ne tiens pas à lancer une guerre de chiffres, mais seulement à préciser ici que la source de Andrews pour son article est pour le moins discutable.
|

20.4.05

É.-U. : sondage Harris sur les blogues politiques

Aux États-Unis, la société de sondage Harris a publié les résultats d’un sondage sur le lectorat des blogues politiques. Le sondage a été mené entre le 8 et le 14 mars auprès de 2 630 adultes et comporte une marge d’erreur de 2 %.

Selon Harris, 44 % des adultes en ligne ont déjà consulté des blogues politiques, 27 % le font une fois ou plus par mois, mais seulement 15 % de ces habitués ont déjà écrit un commentaire. Les données publiées par Harris sur les blogues politiques recoupent d’autres études et sondages effectués sur le profil du lectorat des blogues généraux, soit une «clientèle» plus scolarisée que la moyenne, à légère prédominance mâle, et d’opinion politiques dites libérales.

Concernant le niveau de scolarité, Harris établit un rapport au temps consacré à la lecture de blogues politiques. Pour l’ensemble des répondants, plus de la moitié (53 %) disent passer moins de 15 minutes à une séance de lecture, mais cette proportion atteint 67 % chez les détenteurs de diplômes universitaires.

Par ailleurs, au Japon, la mouvance blogue commence à se manifester. On apprend d’un article du Asahi Shimbun qu’il y aurait environ un million de blogueurs japonais, que 10 000 nouveaux blogues verraient le jour chaque mois, et que 40 % des Japonais en ligne auraient déjà consulté un blogue. Selon le journaliste et blogueur Junichi Ishikawa, la plupart des blogues japonais relèvent du journal personnel et il n’est pas clair s’ils pourront, à l’instar des blogues étasuniens, influencer l’opinion publique sur des questions politiques ou de société.
|

19.4.05

Bienvenue/Welcome Yulzine

Yulzine«Yulzine est un projet de collaboration débuté par des membres de yulblog. Montréal est reconnue pour sa double personalité; le projet présent, Duality, à pour but de montrer cette dualité. Il consiste en un thème annoncé aux quatre jours et pour lequel deux photographes et deux auteurs produisent chacun une photo ou un texte. Les photos sont "mixées" et les textes présentés côte à côte. Les thèmes sont gardés simples et les photographes et auteurs ont carte blanche dans leur façon de le montrer.»
|